Paroles d’anciens primés : Bruno Joucla, Grand prix +40 mn (2016)

Chaque année depuis sa création, le FIGRA récompense plusieurs réalisateurs pour leurs films. Dans cette rubrique, nous donnons la parole à d’anciens primés. Aujourd’hui, c’est le tour de Bruno Joucla. Lors de l’édition 2016 du Figra, il a été lauréat du « Grand prix » du festival ainsi que du prix Aïna Roger-ESJ Lille pour « Au nom de l’ordre et de la morale ». Cette année, il est membre du jury dans la catégorie « documentaires de plus de 40 minutes ». Un an après avoir été primé, il nous confie son témoignage et nous explique ce que gagner a changé pour lui.  

 

«Être primé permet avant tout au film d’avoir une longue vie derrière. En tant que réalisateur, on n’espère pas seulement que notre documentaire soit diffusé, mais aussi qu’il vive le plus longtemps possible et qu’il défende la cause qu’on a soutenue. En l’occurrence, mon film, « Au nom de l’ordre et de la morale », a permis de faire parler de lui en Suisse, qu’il soit vu et diffusé là-bas. Même si le sujet de mon film était déjà connu en Suisse au moment de sa sortie, il a aussi permis aux médias helvétiques de voir le problème sous un angle différent, avec mon regard, celui d’un étranger. Cela nous a fait plaisir parce qu’on s’est dit qu’avec ce film, on avait réussi à apporter un peu de recul sur ce que la Suisse a vécu des années 1940 aux années 1980.

D’un point de vue personnel, être primé a été un accomplissement. Je suis monteur de profession, cela fait vingt ans que je monte des documentaires et que j’aide les réalisateurs à raconter le mieux possible ce qu’ils ont filmé. Plusieurs des reportages sur lesquels j’ai travaillé en tant que monteur ont d’ailleurs été primés au FIGRA dans le passé. Mais bien sûr, gagner l’année dernière en tant que réalisateur a été une sorte d’aboutissement de mon travail. C’est très plaisant et encourageant pour la suite. D’ailleurs, je continue l’expérience puisque j’ai réalisé deux autres films et suis sur un nouveau projet en ce moment : un documentaire sur le combat des mères à la maternité.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *