La vidéothèque du FIGRA, 9ème année de docu’ à la demande

739

C’est le nombre de personnes qui ont consulté, à la vidéothèque du FIGRA, les documentaires diffusés lors de l’édition 2016 du FIGRA. Mis en place il y a 9 ans, cet endroit est devenu un véritable lieu de culte pour les passionnés du docu’ flânant dans les allées du Festival. Pour l’édition 2017, Franco Revelli, responsable des 16 postes de visionnage de vidéo à la demande (VAD), compte bien faire mieux cette année. Et c’est bien parti. L’année dernière, en raison d’une actu forte (attentats de mars 2016, grève), 47 personnes sont passées par la vidéothèque le jour de l’ouverture (mercredi) ; cette année, ils étaient déjà 70 à la mi-journée !

27 pouces

Un esprit intimiste régit ce lieu, mettant les visionneurs « à l’aise ». Des ordinateurs de grande taille et de grande qualité d’affichage, et même trois postes de visionnage dotés d’écran de 27 pouces.  Franco Revelli, maestro de ce bal d’images d’actu’ en cabines individuelles, mène à la baguette qui regarde quoi : pas question de passer un film avant sa diffusion dans un des auditorium du palais des congrès de Touquet ! Et il tient les comptes avec passion. « Je m’amuse avec les données ! » abonde-t-il.

2008

Depuis 2008, c’est lui qui concocte, année par année un compte-rendu de la vidéothèque… Loin d’être un simple monsieur chiffre, il connaît la programmation sur le bout des doigts. « Quand on vient me demander ‘un film sur l’esclavage en Asie’, il faut connaître le contenu de chaque film pour comprendre qu’il s’agit de ‘Corvéables à merci, le scandale des bonnes asiatiques’, d’Alexandra Jousset et Gratiane de Moustier. »